Mise en avant

Appel à la solidarité internationale pour affronter le coronavirus au Venezuela – par les associations de la communauté vénézuélienne en France

Plus de 300 universitaires, militant.e.s, organisations et citoyen.ne.s de diverses orientations demandent l’ouverture d’un véritable espace humanitaire au Venezuela pour faire face au coronavirus dans le pays. Ensemble, il.elle.s lancent un appel à la solidarité internationale, exhortant les autorités françaises, européennes et internationales à apporter leur soutien sous forme de ressources et d’intermédiation pour aider les Vénézuélien.ne.s à faire face au défi de l’urgence sanitaire provoquée par la pandémie.

L’arrivée de la pandémie de coronavirus au Venezuela est une source de grande préoccupation compte tenu du fait que le pays n’a pas les capacités sanitaires, économiques ou techniques pour faire face aux effets de la pandémie sur la population.

D’une part, les différents centres de soins ne disposent pas du matériel nécessaire pour répondre aux besoins des personnes infectées par le coronavirus. Ainsi, le manque des médicaments et des lits pour traiter les cas de gravité moyenne est avéré ; de même que l’on déplore la pénurie d’équipements plus complexes, y compris des respirateurs et d’oxygène, pour traiter les cas graves qui nécessitent une réanimation. D’autre part, on observe des conditions d’hygiène précaires dans les centres de santé, où le manque de savon et d’eau rend très difficile la mise en œuvre des mesures d’hygiène de base recommandées afin de prévenir la contagion. Par ailleurs nous constatons la situation difficile du personnel médical, à qui l’on ne garantit pas les conditions minimales de biosécurité (masques, gants, lunettes, blouses jetables) pour les protéger pendant qu’ils risquent leur vie pour autrui. Il s’agit d’une réalité d’autant plus douloureuse qu’elle est aggravée par la situation économique des différents travailleurs et travailleuses qui font vivre les centres de santé, notamment au sein des établissements publics, dont les salaires sont généralement sujets à des retards et sont structurellement insuffisants pour faire face au contexte d’hyperinflation que connaît le pays.

La situation du système de santé s’insère dans un contexte général qui rend difficile la gestion des effets de la pandémie. La stratégie de confinement comme moyen de prévention de la contagion se voit fortement limitée du fait de la grande précarité dans laquelle se trouve la population. En effet, les Vénézuéliens et Vénézuéliennes connaissent quotidiennement des privations en termes d’accès aux différents services publics (eau, électricité, gaz, essence, télécommunications) qui les rendent plus vulnérables à la crise sanitaire. Il s’agit d’une vulnérabilité qui a des effets encore plus importants sur une grande partie de la population dont la survie dépend des activités économiques quotidiennes. Pour eux, l’isolement pour la préservation de la santé entre en concurrence avec la nécessité de travailler pour faire face aux dépenses quotidiennes, notamment alimentaires.

Dans ce contexte très complexe, de nombreux acteurs déploient d’importants efforts sur le terrain pour faire face aux effets de la pandémie. Les ONG et associations vénézuéliennes se joignent aux acteurs internationaux pour répondre aux besoins médicaux et alimentaires de la population. Cependant, étant donné les grandes difficultés de la situation vénézuélienne, caractérisée d’« urgence humanitaire complexe » par l’Organisation des Nations Unies, il faut davantage de soutien, d’aide et de solidarité.

En ce sens, nous, en tant qu’associations de la communauté vénézuélienne en France dédiées à l’aide et à l’action humanitaire en faveur du Venezuela, nous sommes unies pour lutter contre le coronavirus au Venezuela. Nos activités associatives nous permettent de connaître les réalités difficiles du terrain et d’en rendre compte. Notre implantation en France nous oblige à faire preuve de solidarité et à construire des ponts entre notre pays d’origine et notre pays d’accueil. Pour ces raisons, et à travers notre parole commune, nous souhaitons lancer un appel à la conscience et à l’humanité, en nous adressant notamment aux autorités françaises et européennes pour solliciter leur soutien dans nos efforts pour faire face à la pandémie du coronavirus au Venezuela.

De ce fait, nous sollicitons le soutien matériel et les médiations nécessaires à l’obtention de :

1 / L’ouverture d’un espace humanitaire au Venezuela, permettant à l’Organisation Panaméricaine de la Santé de diriger la distribution des équipements de biosécurité nécessaires aux différents intervenants du système médical (médecins, infirmiers, assistants de santé, personnel de nettoyage…) pour travailler dans des conditions de sécurité pour eux-mêmes, leurs patients et ceux qui peuvent être en contact avec eux dans l’exercice de leurs fonctions ;

2 / Le déploiement du Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies au Venezuela. Dans ce cadre, nous demandons que les agences, organisations et associations humanitaires puissent être en charge de la distribution des ressources provenant du PAM. Cela permettra de répondre aux besoins alimentaires de la population provoqués par l’urgence humanitaire complexe, et qui s’aggravent dans le contexte de la pandémie ;

3 / L’accès au carburant au Venezuela en sollicitant une gestion et distribution transparente pratiquée par des acteurs réputés dans la matière, comme c’est le cas du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) des Nations Unies. À partir de cette gestion fiable, il est possible de donner accès à ce carburant aux différents secteurs de la population, et en particulier à ceux qui devraient en avoir un usage prioritaire (personnel de santé, producteurs et distributeurs de denrées alimentaires, associations et ONG réalisant des actions sanitaires et humanitaires).

Nous portons ces demandes d’une même voix, tout en proposant notre assistance et notre conseil sur la base de nos connaissances en tant qu’acteurs organisés et familiers des réalités du terrain vénézuélien. De la même manière, nous proposons notre initiative comme un exemple pour toute autre organisation de la communauté vénézuélienne à l’étranger. Enfin, nous invitons à toute personne et organisation vénézuélienne, française et de toute autre origine à nous accompagner dans cette lutte et à partager ce message de solidarité. C’est seulement unis que nous pourrons lutter contre le coronavirus au Venezuela.

Paris, 24 avril 2020.

Signer le communiqué / Firmar el comunicado

Clicker ici pour accéder à l’initiative Unir esfuerzos para superar la pandemia en Venezuela rendue publique courant avril dans le pays.

Para leer el comunicado en castellano haz clic aquí abajo

Continuer la lecture de « Appel à la solidarité internationale pour affronter le coronavirus au Venezuela – par les associations de la communauté vénézuélienne en France »

Mise en avant

À lire : « Où en est le Venezuela ? Vie quotidienne, économie, violence » – avec Keymer Ávila, Anais López Caldera et Manuel Sutherland (février 2020)

Avec le soutien du GEIVEN, retranscription intégrale du podcast « ¿Qué pasa en Venezuela? » de la revue latino-américaine Nueva Sociedad, mis en ligne en février 2020.

En France, en Europe et même outre-Atlantique, que ce soit à la télévision, dans la presse écrite ou les revues intellectuelles et militantes, on entend généralement parler du Venezuela à l’occasion de mobilisations massives (comme en 2014 et 2017), d’un énième chapitre de l’offensive du gouvernement de Nicolás Maduro contre la majorité d’opposition à l’Assemblée nationale, ou des réactions locales et plus encore internationales à celle-ci – à l’instar des sanctions étatsuniennes contre le pays (notamment l’interdiction d’émission de dette et de vente de pétrole en dollars), qui ne semblent avoir d’autre effet que d’aggraver une situation déjà très précaire, en particulier sur les plans alimentaire et sanitaire.

Là où les évolutions du quotidien matériel des Vénézuéliens, des politiques économiques ou des pratiques policières ne sont souvent évoquées qu’au détour et à l’appui d’une lecture générale des causes de la crise en cours et des issues souhaitables, il est rare de lire des développements dépassionnés et approfondis sur ces questions. C’est pourquoi le GEIVEN a entrepris d’appuyer à la hauteur de ses moyens la retranscription intégrale du podcast de la revue latino-américaine Nueva Sociedad «¿Qué pasa en Venezuela?», où la journaliste argentine Ayelén Oliva s’est entretenue avec la sociologue Anais López Caldera, l’économiste Manuel Sutherland et le juriste-pénaliste Keymer Ávila. Cette version originale transcrite par la journaliste équatorienne Carolina Loza León a été gracieusement traduite au français par Marc Saint-Upéry, traducteur, éditeur et chercheur indépendant basé à Quito, et initialement diffusée en exclusivité par la revue en ligne Contretemps. Elle est maintenant également accessible ici-même.

Continuer la lecture de « À lire : « Où en est le Venezuela ? Vie quotidienne, économie, violence » – avec Keymer Ávila, Anais López Caldera et Manuel Sutherland (février 2020) »

Activités publiques 2019 – archives

Au cours de l’année 2019 le GEIVEN a organisé 4 conférences et co-organisé deux événements avec des partenaires associatifs, entre Paris et sa région et Lyon.

– la conférence « Défense de la reproduction et durabilité de la vie dans le Venezuela en crise », avec Liliana Buitrago (OEPV), IHEAL-CREDA, Aubervilliers, 28/11/2019 ;

– la rencontre-débat « Enquêter sur le Venezuela et ses marges », avec le Groupe d’études et réflexions critiques sur l’Amérique latine (GRECAL), EHESS Paris, 27/11/2019 ;

– les conférences « Violences d’État et classes populaires au Venezuela », avec Alejandro Velasco (NYU), Keymer Ávila (UCV, Caracas) et Verónica Zubillaga (USB, Caracas), Sciences-Po Lyon, 23/10/2019 & Le Lieu-Dit, Paris 20è, 26/10/2019 ;

– la conférence « Venezuela: économie, politique et vie quotidienne », avec Anne-Florence Louzé (consult. HCR) et Arnoldo Pirela (UCV-CENDES/IRD-CEPED), IHEAL, Paris 3, 26/06/2019  ;

– la journée d’études « Limites des démocraties et crises des révolutions en Amérique latine » – Cycle esthétique et politique & Semaine de l’AL et des Caraïbes -, avec le Groupe de réflexions et d’études sur la Colombie – AL – Caraïbes (GRECOL), l’asso. Artelogie, le Consejo Consultivo de Uruguayos en Francia « Belela Herrera » et les labos. CRAL (EHESS), CHER (Univ. Strasbourg), IRCAV (Paris 3) et LLCP (Paris 8), EHESS Paris, 3/06/2019.

Continuer la lecture de « Activités publiques 2019 – archives »

Qui sommes nous ?

Le GEIVEN est une association loi 1901 regroupant des chercheurs en sciences humaines et sociales (droit, science politique et relations internationales, sociologie, anthropologie, histoire, géographie, économie, information-communication, langues et civilisations, etc.) afin d’œuvrer collectivement à la production et la diffusion de savoirs, d’analyses et d’informations plurielles et empiriquement fondées sur la société et l’État vénézuéliens, depuis comme à destination du monde académique et intellectuel, mais également journalistique, politique, diplomatique, ou encore économique. Notre association a ainsi vocation à coordonner, soutenir et relayer divers types de publications, événements et moments d’échange, à la fois scientifiques stricto sensu et de vulgarisation du savoir, et aussi bien que publics que plus ciblés (ateliers, séminaires, journées d’études et colloques, conférences et débats publics, présentations et expertises auprès des administrations, ONG, etc.).

Continuer la lecture de « Qui sommes nous ? »