Activités publiques 2019 – archives

Au cours de l’année 2019 le GEIVEN a organisé 4 conférences et co-organisé deux événements avec des partenaires associatifs, entre Paris et sa région et Lyon.

– la conférence « Défense de la reproduction et durabilité de la vie dans le Venezuela en crise », avec Liliana Buitrago (OEPV), IHEAL-CREDA, Aubervilliers, 28/11/2019 ;

– la rencontre-débat « Enquêter sur le Venezuela et ses marges », avec le Groupe d’études et réflexions critiques sur l’Amérique latine (GRECAL), EHESS Paris, 27/11/2019 ;

– les conférences « Violences d’État et classes populaires au Venezuela », avec Alejandro Velasco (NYU), Keymer Ávila (UCV, Caracas) et Verónica Zubillaga (USB, Caracas), Sciences-Po Lyon, 23/10/2019 & Le Lieu-Dit, Paris 20è, 26/10/2019 ;

– la conférence « Venezuela: économie, politique et vie quotidienne », avec Anne-Florence Louzé (consult. HCR) et Arnoldo Pirela (UCV-CENDES/IRD-CEPED), IHEAL, Paris 3, 26/06/2019  ;

– la journée d’études « Limites des démocraties et crises des révolutions en Amérique latine » – Cycle esthétique et politique & Semaine de l’AL et des Caraïbes -, avec le Groupe de réflexions et d’études sur la Colombie – AL – Caraïbes (GRECOL), l’asso. Artelogie, le Consejo Consultivo de Uruguayos en Francia « Belela Herrera » et les labos. CRAL (EHESS), CHER (Univ. Strasbourg), IRCAV (Paris 3) et LLCP (Paris 8), EHESS Paris, 3/06/2019.

Conférence « Défense de la reproduction et durabilité de la vie dans le Venezuela en crise », avec Liliana Buitrago, IHEAL-CREDA, Aubervilliers, 28/11/2019

Liliana Buitrago est chercheuse au sein de l’Observatorio de Ecología Política de Venezuela (http://www.ecopoliticavenezuela.org), et actuellement enseignante invitée au sein de l’UFR de Langues Étrangères Appliquées de l’Université de Lille. Le travail de recherche de Liliana Buitrago porte sur la communication et l’analyse de discours. Elle s’intéresse plus récemment aux mouvements sociaux, notamment ceux engagés dans la protection et défense de leur territoire et de la vie face aux politiques de précarisation et dépossession en cours au Venezuela.

Rencontre-débat « Enquêter sur le Venezuela et ses marges », en partenariat avec le Groupe d’études et de réflexions critiques sur l’Amérique latine (GRECAL), EHESS Paris, 27/11/2019

Cette rencontre-débat vise à proposer des analyses dans un contexte social, politique et économique complexe qu’est le Venezuela et tester des hypothèses à partir des recherches actuelles des doctorants qui travaillent sur ce sujet. Les termes de “crise”, “conflit”, “urgence”, “réfugiés” et “humanitaire” reviennent régulièrement dans le débat et posent des problèmes pour l’analyse, notamment dû au fait de leurs usages multiples que leur donnent les divers acteurs nationaux et internationaux (ONGs, gouvernements, agences onusiennes). En effet, les catégories mobilisées pour analyser les réalités vénézuéliennes ne sont pas neutres parce qu’elles exercent une influence sur les manières d’évaluer et d’interpréter les faits sociaux. Bien souvent, la “crise” est utilisée comme une entité qui s’installe dans certaines analyses en tant que variable dominante expliquant à elle seule les problèmes traversés par le pays. Ces représentations entraînent des démarches qui questionnent notre manière de construire des méthodologies, des cadres théoriques et des enquêtes pour questionner leur caractère “critique” dans le sens “d’exceptionnel”. Sans vouloir apporter de réponses définitives, l’ensemble des intervenant.e.s de cette rencontre-débat souhaite exposer leurs réflexions catégorielles à partir d’expériences de terrain et de recherche. Cet effort collectif n’a pas pour objectif de nier, nuancer, ou euphémiser la gravité des faits vécus par les vénézuélien.ne.s, que ce soit sur leur territoire national, ou encore dans leurs parcours migratoires. Au contraire, la réflexion catégorielle est proposée comme un outil pour mieux objectiver et comprendre ces réalités. Interventions :

  • Yoletty Bracho (Doctorante en science politique, Université Lumière Lyon 2),           « Les politiques participatives comme forme de conditionnement de l’accès à l’action publique : une réflexion sur la gestion des classes et territoires populaires au Venezuela »
  • Fernando Garlin Politis (Doctorant en ethnologie, Univ. Paris 5 Descartes)              « Sortir du pays, rester dans la crise. Les politiques de l’aide humanitaire en Colombie et au Venezuela »
  • Carmen Perianes (médecin, M2 anthropologie, EHESS)                                            « Frontières du Nord de l’Amérique du Sud : territoires de l’attente et de l’incertitude dans la migration vénézuélienne »
  • Juliana Siqueira (M2 études comparatives du développement, EHESS)                   « À l’ombre de Boa Vista : les immigrants vénézuéliens et les territoires de l’attente dans la capitale de l’État de Roraima »

Conférences « Violences d’État et classes populaires au Venezuela », avec Keymer Ávila, Alejandro Velasco et Verónica Zubillaga, à Lyon le 23/10 & Paris le 26/10/2019

Sciences-Po Lyon, 23/10/2019 ; Le Lieu-Dit, Paris 20è, 26/10/2019

  • Alejandro VELASCO, historien, enseignant à la New York University (NYU)         « Dinámicas de las protestas populares urbanas en Venezuela : pasado, presente, futuro » (« Dynamiques des mobilisations urbaines populaires au Venezuela : passé, présent, futur »).
  • Keymer ÁVILA, juriste, enseignant à l’Université Centrale du Venezuela (Caracas) « Dan más balas de las que reciben. Uso de la fuerza letal en la Venezuela post-Chávez » (« Ils émettent plus de balles qu’ils n’en reçoivent. Les usages de la force létale dans le Venezuela post-Chávez »).
  • Verónica ZUBILLAGA, sociologue, enseignante à l’Univ. Simón Bolívar (Caracas)  « Les réponses des femmes face à la violence urbaine et à la militarisation dans deux quartiers populaires de Caracas ».

Conférence « Venezuela : économie, politique et vie quotidienne. Regards croisés », avec Anne-Florence Louzé et Arnoldo Pirela, IHEAL, Paris 3, 28/06/2019

  • Anne-Florence Louzé, docteure en sociologie de l’Université Vincennes – Saint-Denis (Paris 8, laboratoire CRESSPA), actuellement consultante pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA), nous proposera un retour de terrain issu de son récent séjour au Venezuela portant sur « Le Venezuela en crises sociale, politique et géopolitique ».

  • Arnoldo Pirela, économiste, professeur titulaire à l’Université Centrale du Venezuela (laboratoire CENDES), attaché à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD – laboratoire CEPED), échangera autour d’un travail en cours, « Siete claves para comprender a Venezuela y un vistazo al futuro : mitos y avatares de la economía » (« Sept clés pour comprendre le Venezuela ce qui l’attend : mythes et avatars de l’économie »).

    Les présentations seront discutées par Fabrice Andréani et Yoletty Bracho, tous les deux doctorant.e.s en Science politique à l’Université Lumière Lyon 2 (laboratoire Triangle).

    JE « Limites des démocraties et crises des révolutions en Amérique Latine 1959-2019 » – Cycle esthétique et politique & Semaine AL et Caraïbes -, avec le Groupe de réflexions et d’études sur la Colombie-AL-Caraïbes (GRECOL), l’asso. Artelogie, le Consejo Consultivo de Uruguayos en Francia « Belela Herrera » et les laboratoires CRAL (EHESS), CHER (Univ. Strasbourg), IRCAV (Paris 3) et LLCP (Paris 8), EHESS Paris, 3/06/2019.

    Lancement d’un cycle dédié au croisement des champs du politique et de l’esthétique, cette journée se propose d’aborder ces questions en mobilisant le prisme des réalisations audiovisuelles – fiction ou documentaire notamment – : que nous disent-elles sur les démocraties et les révolutions latino-américaines au temps présent ? Chercheur(e)s de diverses disciplines et réalisateurs/trices audiovisuels sont réuni(e)s à l’occasion de cette journée d’étude portant sur les tensions, conflits et apories en démocratie, autant que des crises des révolutions, dans l’Amérique latine contemporaine.

    PROGRAMME DE LA JOURNEE

    DISPOSITIF(S) : DU VOIR AU POUVOIR (9hs-11hs30)

    Modération et ouverture de la journée Fernanda Mora

    Queiruga

    Francisco

    Les révolutions sont souvent légitimes mais rarement démocratiques et loyales. Les exemples hispano-américains

    Leiva

    Gonzalo

    La valise (1963) de Raúl Ruiz et le cinéma récent du Chili et l’Argentine : Les chiens de Marcela Said (2017) et La Quietud de Pablo Trapero (2018)

    Simond

    Clotilde

    Outils techniques et luttes politiques. Regard sur les années 1970

    Vidal

    Edgard

    Techniques d’excommunication dans le film Compañeros (2018) d’Álvaro Brechner et dans le reportage Nicaragua : le vent de la révolte (2018) de Gonzalo Arijón

    Villarroel Parada

    Esteban

    Film und Revolution in Lateinamerika Dokumentation de Peter Schumann. Rétrospective d’un cas de réception du cinéma latino-américain en Europe

    Dufrier

    Julien

    Avril 2018 : les jeunesses insurgées de l’insurrection bleu et blanche au Nicaragua

    REPRESENTATIONS ET PERSONNIFICATIONS (13hs-15hs)

    Modération Beatriz Tadeo

    Vincenot

    Emmanuel

    Figures du guérillero dans le premier cinéma révolutionnaire cubain (1959-1961)

    Novoa

    Jorge

    Crise de la démocratie au Brésil et ses représentations dans le cinéma brésilien contemporain

    Debs

    Sylvie

    La trajectoire de Lula à l’aune du cinéma documentaire brésilien

    Andreani

    Fabrice

    La révolution ne sera pas télévisée ? Trame, angles morts et (mes)usages d’un documentaire irlandais sur le coup de 2002 au Venezuela.

    Biscouto Fressato

    Soleni

    La sympathie pour les personnages fictifs autoritaires : des symptômes du recul de la démocratie au Brésil

    Boyer

    Amalia

    Un regard, sur le conflit armé en Colombie, d’après l’oeuvre « Campo muerto » (2019)

    REGARDS DEPUIS LE REEL (15hs-17hs)

    Modération et clôture de la journée Angélica Montes Montoya

    Rencontre de Denis MERKLEN avec Gonzalo ARIJON

    Erika THOMAS « Retour de tournage: un Brésil oppressant »

    Rencontre de Izadora XAVIER avec Filipe GALVON

    Gert-Peter BRUCH « Trente ans pour la cause des indiens d’Amazonie »

    Clôture : Ambassade d’Uruguay en France, 33 Rue Jean Giraudoux, 75116 Paris. 18h – 22h.

    Projection de OJOS BIEN ABIERTOS , 113’. 2009. Coproduction Arte France. Réalisateur Gonzalo Arijón. Un voyage, poétique et politique, dans l’Amérique du Sud de début du siècle, avec la participation exceptionnelle de Eduardo Galeano. La projection sera suivie d’une rencontre avec Gonzalo Arijón. Un verre de l’amitié sera offert


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.